CRÉATION EN COURS


Danse butô et voix solo


Danse butô : Ippei Hosaka
Voix, chant, looper : Emmanuelle Bunel

Ippei et Emmanuelle construisent Haré-ma Éclaircie autour d'improvisations, de la légende japonaise d'Amaterasu, de la poésie de Robert Mallet, de voix polyphoniques et d'une écriture chorégraphique basée sur la concentration, la mémoire organique et l'imaginaire.

Haré-ma Éclaircie se dévoile peu à peu : petites bulles à durées variables, fragments, mosaïque d'un univers fait de rêves, de chaos, de naïveté, d'absurdités, d'humour... où le public peut alors prendre toute sa part de liberté.


dossier artistique à télécharger

action culturelle




Haré est un mot japonais qui signifie à la fois beau temps, merveille, bénédiction, fête, épanouissement, félicité...
Ce mot, Haré, peut faire écho à une légende de la mythologie japonaise : Amaterasu, la déesse du soleil, s'était cachée dans une grotte et ne voulait plus en sortir. La terre fut plongée dans l'obscurité et le chaos. Les dieux et les déesses se réunirent pour chercher le moyen de l'en faire sortir : ils organisèrent alors une grande fête où la danse et le chant étaient à l'honneur. Intriguée par les voix et les rires, Amaterasu sortit de la grotte et la lumière put enfin revenir sur terre.

Ma a plusieurs sens en japonais : l’espace, l’intervalle, la durée, la distance... Non pas une distance qui sépare mais celle qui relie les objets, celle qui existe entre le temps, les corps et l’espace.
Ma signifie aussi l’inaction entre deux mouvements, le silence entre deux phrases : c’est un espace vierge, un état vide qui est aussi rempli de toutes les possibilités.

Haré-ma signifie l'éclaircie. Un état à bercer en ces temps de bascules...